PATHOLOGIE TUMORALE EN RHINOSINUSOLOGIE PEDIATRIQUE

 
   
bienvenue
thématique des soins
enseignement dispensé par l'équipe
thèmatique de recherche


information pour les parents des nos patients
Acquisition et maintien des compétences en ORL Pédiatrique - enseignement par visio-conférénce

les videos sont en format Windows Media 10
Lecteur Windows Media 10
ou Real
http://www.real.com

 

Tumeurs bénignes

Polype antrochoanal ou polype de Killian

Ce polype se développe à partir de la paroi interne du sinus maxillaire, et on peut donc l’observer à partir de 4-5 ans. L’enfant présente une longue histoire d’obstruction nasale progressive. Le polype se présente comme une masse lisse régulière et blanchâtre qui sort par l’orifice du sinus maxillaire pour obstruer progressivement toute la fosse nasale et s’étendre en arrière à la choane et au cavum. Cette tumeur bénigne est traitée par chirurgie endonasale.

nasofibroscopie de la fosse  nasale gauche

video en format Real Media

Polype antrochoanal ou polype de Killian: TDM

 

polype antrochoanal (Killian)

 

Fibrome nasopharyngien

Il s’agit d’une tumeur bénigne richement vascularisée, prenant naissance à la partie postérieure de la fosse nasale chez l’adolescent quasi exclusivement de sexe masculin. Il s’agit d’une tumeur rare.
Les signes cliniques sont essentiellement l’obstruction nasale progressive très longtemps unilatérale et les épistaxis d’abondance variable.
Après bilan clinique et radiologique avec notamment TDM, IRM et angiographie, le traitement est chirurgical après embolisation.

fibrome nasopharyngien

Autres tumeurs bénignes:

D’autres tumeurs bénignes peuvent se rencontrer au niveau des sinus ou des cavités nasales. Les mucocèles sont des tumeurs par rétention des sinus qui dilatent progressivement les cavités concernées. Le traitement est chirugical. On peut retrouver également des tumeurs en rapport avec les germes dentaires (kystes dentaires, améloblastomes…) et des tumeurs du squelette osseux.

 

Tumeurs malignes

Trois tumeurs dominent, le rhabdomyosarcome, les lymphomes malins non hodgkiniens et les carcinomes indifférenciés du cavum. Leur traduction clinique au début est peu spécifique ce qui rend difficile un diagnostic précoce. Le caractère unilatéral et répété des symptômes avec aggravation progressive doit attirer l’attention.
Le traitement fait appel en fonction de la nature et du stade de la tumeur, à la chimiothérapie et à la radiothérapie, la chirurgie n’ayant que peu de place.

 
 
retour en haut de page
 
     
     
 

 

 

© marseille 2004 - 2015
web-concept & design
Karen Pinachyan