Vertiges

 
   
bienvenue
thématique des soins
enseignement dispensé par l'équipe
thèmatique de recherche


information pour les parents des nos patients
Acquisition et maintien des compétences en ORL Pédiatrique - enseignement par visio-conférénce

les videos sont en format Windows Media 10
Lecteur Windows Media 10
ou Real
http://www.real.com

 

Le vertige est un symptôme rare chez l’enfant. Malgré la bénignité de la plupart des étiologies, la recherche d’une pathologie centrale oblige à la plus grande rigueur dans les différentes étapes du diagnostic.

- L’interrogatoire doit préciser la date de survenue du vertige, sa durée et sa fréquence de survenue, les circonstances déclenchantes (lors de l’immobilité ou à l’occasion de mouvement), les signes associés (signes auditifs et neuro-végétatifs, torticolis, mouvements anormaux), les conséquences du vertige (chute, perte de connaissance, céphalées).
- Les antécédents personnels (épilepsie, prise médicamenteuse) et familiaux (migraine, affection neurologique) sont demandés.

L’examen clinique comprendra un examen neurologique et ORL :

- neurologique : les paires crâniennes seront vérifiées. La recherche de troubles oculomoteurs ou de syndrome cérébelleux sera capitale

- ORL : une otoscopie sera faite systématiquement. On recherchera un syndrome vestibulaire périphérique en mettant en évidence des déviations segmentaires latéralisées et un nystagmus spontané ou révélé par la manœuvre du « head Shaking Test ». Malgré la faible prévalence des vertiges positionnels paroxystiques bénins chez l‘enfant, des manœuvres diagnostiques seront réalisées de manière systématique.

- Les examens complémentaires comprendront les explorations audiologiques et en fonction de l’âge de l’enfant, un bilan vestibulaire instrumental. La complexité de sa mise en place reste un facteur limitant, surtout en période infantile précoce. Le bilan vestibulaire nécessite un matériel pédiatrique adapté. Pour les grands enfants, la vidéonystagmographie (analysant la fonction canalaire à basses fréquences), la verticale visuelle subjective (analysant la fonction utriculaire) et les potentiels évoqués otolithiques (analysant la fonction sacculaire) peuvent se réaliser sans problème, à condition de faire preuve de patience. L’apport du VHIT (Vidéo-Head Impuls Test) qui analyse de façon précise les 6 canaux semi-circulaires à des fréquences physiologiques pourrait être intéressant dans l’avenir car il reste non invasif et facile d’utilisation. Il pourrait être utilisé chez des enfants plus jeunes.

- Les examens radiologiques (TDM des rochers et IRM cérébrale et des angles pontocérébelleux) doivent être orientés en fonction de l’examen clinique.

 
 
retour en haut de page
 
     
     
 

 

 

© marseille 2004 - 2015
web-concept & design
Karen Pinachyan