Cordopathies

(kystes et nodules des cordes vocales)

 
   
bienvenue
thématique des soins
enseignement dispensé par l'équipe
thèmatique de recherche


information pour les parents des nos patients
Acquisition et maintien des compétences en ORL Pédiatrique - enseignement par visio-conférénce

les videos sont en format Windows Media 10
Lecteur Windows Media 10
ou Real
http://www.real.com

 

La dysphonie chez l’enfant est reconnue comme étant le trouble le plus fréquent de la communication au moment de l’âge scolaire et ne doit surtout pas être banalisée.

Si le premier objectif du clinicien est d’évoquer et d’éliminer une papillomatose laryngée, même s’il s’agit d’une affection relativement rare, les causes les plus fréquentes de dysphonie chronique sont constituées par deux types de lésions :

Les cordopathies dysfonctionnelles correspondent à des lésions acquises telles que les nodules et les polypes ; ce sont des lésions histologiquement proches, qui se caractérisent par un œdème localisé dans l’espace de Reinke. Elles trouvent leur origine dans un « forçage vocal » et tout se passe comme si les phénomènes aérodynamiques avaient tendance à « arracher » la muqueuse de la corde vocale et à créer des suffusions oedémateuses dans le chorion, voire des petites hémorragies conduisant à la formation de la lésion. Face à ces contraintes mécaniques, les cordes vocales de l’enfant sont également soumises à des modifications pathologiques en rapport avec les inflammations ORL fréquentes qui fragilisent également la muqueuse. Le contrôle vocal et le repos vocal, aidés en cela par une rééducation orthophonique, doivent être la première ligne de prise en charge thérapeutique. En cas d’échec, la possibilité d’un geste chirurgical, appelé aussi phonochirurgie, peut être proposée. Mais il faut toujours se rappeler que certaines de ces laryngopathies peuvent disparaître spontanément à la puberté.

video: nodules bilatéraux (kissing nodules)

 

 

Les cordopathies organiques sont plus rares que les précédentes. Elles correspondent à des lésions congénitales telles que les kystes épidermiques, les sulcus, les ponts muqueux, les vergetures, qui feraient partie d’une même famille, dont ils ne seraient que des formes anatomo-cliniques évolutives. La nature vraisemblablement congénitale de ces lésions et leur caractère organique, en font des lésions très différentes des précédentes et il n’est généralement pas logique d’espérer leur régression spontanément. Cliniquement, la dysphonie est ancienne, habituellement remarquée par l’entourage dés la première enfance. L’aspect acoustique est assez caractéristique, avec un timbre souvent forcé et éraillé et des difficultés à émettre des sons à intensité normale ou faible. Au plan thérapeutique, la rééducation joue un rôle de test thérapeutique afin de placer l’enfant dans les meilleures conditions, une fois que la phonochirurgie aura été réalisée.

kyste épidermique de la corde vocale gauche

kyste épidermique de la corde vocale gauche

Enfin, la dysphonie peut être le signe d’appel d’une souffrance psychologique ou d’une difficulté de communication avec l’entourage familiale ou scolaire. A long terme, la dysphonie, en l’absence de traitement, peut se prolonger au delà de l’enfance et être responsable de mauvaises habitudes vocales chez l’adulte.

 

 

 
 
retour en haut de page
 
     
     
 

 

 

© marseille 2004 - 2015
web-concept & design
Karen Pinachyan