bienvenue
thématique des soins
enseignement dispensé par l'équipe
thèmatique de recherche


information pour les parents des nos patients
Acquisition et maintien des compétences en ORL Pédiatrique - enseignement par visio-conférénce

les videos sont en format Windows Media 10
Lecteur Windows Media 10
ou Real
http://www.real.com

 

Elles correspondent à une inflammation des amygdales, qui sont les deux structures rondes ou ovales situées au fond de la gorge. Comme les végétations adénoïdes, les amygdales participent à l’acquisition des défenses immunitaires. Elles peuvent donc réagir à un germe en augmentant de volume et en s’enflammant.

L’angine se manifeste par des douleurs à la gorge associées à des difficultés à déglutir la salive et les aliments. Il peut même y avoir, si la douleur est intense, une impossibilité totale d’alimentation et une perte de poids en conséquence. La température est souvent élevée, et il n’est pas rare de voir ou sentir des ganglions dans le cou.

Les angines sont le plus souvent d’origine virale (70 % des cas), et à ce titre l’antibiothérapie n’est pas indispensable. Schématiquement, une angine rouge serait plutôt d’origine virale, tandis qu’une angine blanche aurait une origine bactérienne, le fameux streptocoque (20 % des cas) qui nécessite une antibiothérapie.

L’amygdalectomie ou ablation des amygdales est indiquée :
- si les angines se répétent (plus de 3 à 4 par hiver, deux hivers de suite),
- si l’inflammation des amygdales devient chronique (pendant plus de 3 mois) sans efficacité du traitement médical,
- si leur taille est si importante qu’elle est responsable de troubles du sommeil, avec ronflement et surtout pauses respiratoires appelées aussi apnées. Dans ces cas, l’amygdalectomie peut être indiquée même si l’enfant n’a jamais fait d’angine.
- Enfin, exceptionnellement, si une seule amygdale est augmentée de volume sans signe d’angine, son tissu doit être analysé pour rechercher certaines maladies propres au tissu amygdalien.

Comme il existe très souvent des situations intermédiaires, votre médecin spécialiste est le seul à même de juger de la nécessité ou non de pratiquer cette intervention.

L’amygdalectomie peut se pratiquer soit en secteur de chirurgie ambulatoire, soit en hospitalisation de courte durée, l’enfant passant au moins une nuit à l’hôpital ou la clinique.

L’amygdalectomie a la réputation d’être douloureuse, mais il existe une grande variabilité individuelle. Schématiquement, les amygdalectomies pour angines à répétition sont plus douloureuses que les amygdalectomies pour hypertrophie sans angine. En général, la douleur persiste pendant 4 à 5 jours, est très souvent identique à celle d’une angine aiguë pour s’atténuer rapidement. Après l’intervention, la présence d’un enduit grisâtre situé à la place des amygdales est tout à fait normale. Il s’agit de "l’escarre" qui tombera au bout de 8 à 10 jours pour laisser place à une muqueuse rosée. Cet escarre est normal et est très souvent considéré à tort comme une mauvaise cicatrisation ou une surinfection.

 
 
retour en haut de page
 
     
     
 

 

 

© marseille 2004 - 2015
web-concept & design
Karen Pinachyan